Tranquillement, le soleil revient..

Et avec lui et la chaleur qu’il  apporte, les cultures en place démarrent bien.

  • Nos pommes de terre nouvelles, qui avaient subi des gelées, sont bien reparties et offrent désormais un joli feuillage.  Les premières récoltes ne devraient pas tarder, si rien ne vient les perturber entre temps.
Pommes de terre nouvelles bien reparties après des dégâts de gel
Plantation des pommes de terre en plein champ
  • En plein champ aussi, nos pommes de terre sont en place, depuis cette semaine. Nous les avons plantées à l’aide de notre planteuse, pour celles directement installées sur des planches travaillées. Nous en avons planté une manuellement, sur plastique noir pour espérer plus de précocité (effet thermique du plastique noir).
  • Lorsque les épisodes pluvieux alternent avec des épisodes de vent et de soleil, la surface du sol a tendance à faire une “croute” sèche,à travers laquelle l’air et l’eau ne circulent plus. Dès que les conditions le permettent, nous essayons de casser cette croute avec des moyens mécaniques.

Sur notre culture d’ail de plein champ et nos carottes sous abris, nous sommes passés entre rangs avec une binette manuelle et avons supprimé les mauvaises herbes sur le rang à la main.

Ail biné manuellement
  • Sur nos petits pois et nos fèves de plein champ, nous avons fait la même choses mais avec notre bineuse. Le résultat est toujours aussi beau : le sol est ameubli en surface entre les rangs de culture.
    Petits pois et fèves binés mécaniquement
    Plants d’oignons en attente de plantation

    Cette semaine est aussi une semaine de grande plantation, celle des oignons de garde, en motte. Les plants sont arrivés en début de semaine, nous les avons fait attendre dans un tunnel avant de les planter. Nous voulions terminer la fabrication d’un rouleau marqueur destiné exclusivement aux plantations d’oignons (forte densité sur le rang). Nous voulons mettre toutes les chances de notre côté pour biner nos cultures le plus tôt et le plus rapidement possible.

En fin de semaine, notre rouleau marqueur était fin prêt et la météo nous a permis de le tester.  A l’usage,  il est à peine assez lourd et les marques sont justes visibles alors que nous cherchions à faire une marque plus nette et droite.

Nous avons tout de même pu planter nos oignons rouge, jaune et nos échalotes en quelques heures. C’est un bon début.

Oignons en motte plantés!

 

  • La présence plus importante du soleil permet également aux insectes de réapparaître. Dans nos blettes, nous avons aperçu de nombreuses larves de Syrphes. Ce diptère (mouche) ressemble, au stade adulte, à une petite guêpe avec un vol saccadé.  Au stade larvaire, il ressemble à une toute petite limace mais qui n’a rien à voir avec! La larve de Syrphe consomme de nombreux pucerons et si elles sont présentes c’est bien qu’elles ont de quoi manger : quelques unes de nos cultures ont déjà quelques pucerons..
Larve de Syrphe

 

 

 

 

 

Hits: 14

A travers les gouttes

Ces dernières semaines, les jours commencent à “vraiment” croître et nos cultures les suivent. C’est une période de l’année où nous mettons en place nos cultures de printemps et en même temps celles qui vont nous permettre d’avoir des légumes tout l’hiver!

Autant dire que c’est une période “délicate”.

  • Nos petits pois et pois gourmands ont bien démarré et commençaient à chercher à quoi ils pouvaient bien s’aggriper pour continuer à pousser. Nous leur avons installé de jolis supports fait de gros piquets bois (énergiquement plantés) supportant un grillage à mouton maintenu par des ficelles
    Piqués bois, supports principaux aux extrémités des rangs

    Avec cela, ils vont pouvoir  passer à travers la maille du grillage à moutons*, fleurir et donner de jolies gousses de pois. En tout cas, nous avons tout fait pour.

    Planches de petits pois et pois gourmands palissés

    Jeunes petits pois, prêts à s’aggriper à travers leurs grillages

*Grillage initialement fabriqué pour parquer les ovins, nous ne nous lançons pas dans l’élevage animal, de pucerons ou à la rigueur mais rien de nourricier.

  • Avec des pluies tout les jours ou presque, il est difficile de préparer le sol dans de bonnes conditions. Les engrais verts (cultures non récoltées, installées pour préserver le sol en hiver) sont, cette année,  difficiles à détruire et le manque de soleil, de chaleur amplifient le phénomène. Malgré tout, nous avons tout de même pu planter nos premiers oignons de garde (récoltés à maturité, pour être vendus secs).

Ceux-ci étant plantés en bulbilles, nous avons pu essayer notre “nouvelle” planteuse. Elle n’est pas neuve, mais nouvellement chez nous. Nous l’avons un peu adaptée à nos conditions et la voilà attelée et en fonctionnement (démonstration ici).

Notre “nouvelle” planteuse à oignons

Le résultat aurait pu être pire et la conduite de la culture risque d’être compliquée avec beaucoup de débris végétaux non décomposés en surface.

Plantation d’oignons bulbille à la planteuse
  • Nous sommes également passés entre les gouttes pour semer nos carottes de printemps. Dès que nous le pouvons, nous occultons avant de semer. Cette technique consiste à anticiper notre préparation de sol, forcer un faux semis en couvrant le sol avec une toile hors sol sous laquelle les mauvaises herbes lèvent puis périssent en l’absence de lumière. Nous débâchons pour semer.
Semis de carottes, en conditions très moyennes

Cette fois ci, nous n’avions pas pu occulter avant le semis mais nous l’avons tout de même recouvert après afin que les graines de carottes puissent germer protégées des pluies intenses de ces jours. Nous retirons cette toile dès que les jeunes carottes lèvent.

Pose d’une toile pour protéger le semis

 

Hits: 155

Début de saison

Premières tomates plantées
  • Ça y est, pour nous, la saison est lancée! Enfin c’est ce que nous ressentons lorsque nous plantons nos premières séries de tomates de l’année. Après leur avoir préparé leur futur lieu de développement, nous avons pu les planter. Cela n’a pas été évident, la semaine à laquelle nous les avons réceptionnées était plutôt “fraîche”. Nous les avons donc conservées à l’abri quelques jours avant que les températures remontent du côté positif du thermomètre.
“Tente thermique” pour les protéger
  • Dès que cela a été le cas, et qu’en prime le soleil a pointé son nez, nous les avons installées. Après les avoir arrosées, nous leur avons déroulé un voile thermique au dessus de la tête, comme une tente thermique,  pour les protéger de futurs froids à venir, néfastes à leur croissance. Elles n’ont plus qu’à reprendre et pousser! 
Plantation des choux cœur de boeuf
  • En plein champ, les conditions sont toujours aussi délicates pour intervenir. Le sol est gorgé d’eau et dès que le vent et/ou le soleil le ressuie un peu, la pluie retombe! Nous avons tout de même pu planter nos choux cœur de bœuf dehors, sur un plastique qui avait été déroulé il y a déjà 3 semaines.

 

  • Toujours en jonglant entre les averses et les “coups de froid”, nous avons pu implanter nos premiers oignons blancs et une série de salades.
    Plastique de salades déroulé

    Les planches ont été préparées du mieux possibles, puis  un plastique noir (gain de précocité et limitation des adventices) a été déroulé et percé à l’aide de notre rouleau traceur. Celui-ci nous permet d’obtenir une densité de plantation définie et régulière de salades. Nous avons procédé de façon identique pour nos oignons, sans plastique.

    Oignons blancs plantés
  • Deux jours de suite sans pluie (ou presque) nous ont permis de préparer et semer deux planches de carottes, à l’aide de notre semoir mécanique tracté. Elles aussi n’ont plus qu’à pousser…

    Semis de carottes avec semoir mécanique

Hits: 37

Elles arrivent..

  • Malgré des températures “en dessous des normales”, la saison avance et nos premiers plants de tomate vont bientôt arriver. Avant de pouvoir les implanter, nous leur préparons leur futur emplacement.
    Epandage de fumier avec dessileuse

    Pour commencer , nous reprenons  nos planches pour les décompacter et relancer la minéralisation. Pour espérer avoir de jolis fruits tout l’été, nous apportons de quoi nourrir nos plants sur tout leur cycle de croissance. Pour cela, nous épandons du fumier composté à l’aide d’une désileuse. Cet outil nous permet d’épandre grossièrement le fumier. Nous le répartissons ensuite mieux à la fourche manuelle.

    Finition manuelle
Pose du goutte à goutte

Pour pouvoir croître correctement, nos tomates vont avoir avant tout besoin d’eau. Nous installons un système d’arrosages qui apporte l’eau au plus près du sol, sans mouiller le feuillage : le goutte à goutte. Pour que les racines puissent explorer rapidement et de façon optimum le volume de sol, nous disposons trois gaines de goutte à goutte par planche,  pour deux rangs.

 

Pose toile tissée contre les adventices

Pour que nos plants ne soient pas concurrencés de trop près par des adventices concurrentes, nous disposons une toile tissée, pré-percée, à travers laquelle nous planterons nos jeunes plants. Il ne reste plus qu’à les planter et très probablement les protéger du froid..

 

 

 

  • Pendant ce temps, nos petites carottes continuent à croitre doucement et  l’herbe aussi. Nous avons donc fait un petit passage de désherbage entre les rangs à la binette et sur le rang à la main.
Désherbage des carottes bottes

 

Pose filet thermique sur nos jeunes salades
  • Nous avons également  pris le temps de protéger du froid nos premières plantations de salades plein champ avec un filet thermique, posé sur des arceaux et lestés avec des sacs silos remplis de sable.

    Tunnel bien rempli…

Hits: 44

Premières plantations de plein champ

La pluie a bien voulu cesser quelques jours (…) et cela nous a permis de travailler le sol, non sans quelques difficultés. Effectivement sur le plan technique, le tracteur et l’outil sont bien passés, sur le plan agronomique, les conditions n’étaient pas été optimum mais il était grand temps de débuter les premières implantations de plein champ.

Semis des fèves

Les premiers semis de l’année “dehors”, c’est à dire pas sous tunnels, ont été ceux de fèves (et de petits pois). Pour procéder, nous avons tracé deux sillons par planche, dans lesquels nous avons déposés nos graines de fèves à quelques centimètres les unes des autres.

Fermeture du sillon

Chaque sillon a ensuite été refermé à l’aide d’un râteau, pour recouvrir les graines semées. Il ne reste plus qu’à attendre que les fèves poussent.

Pour les carottes, cela a été plus compliqué, nous ne les semons pas à la main mais avec un semoir mécanique. Dans ces conditions de sol humide, la terre a tendance à coller aux éléments du semoir et le semis ne sera probablement pas le meilleur de l’année. Nous avons tout de même voulu optimiser  et homogénéiser la levée des jeunes carottes, en les recouvrant à l’aide d’une toile hors sol. Sous la toile, les graines vont germer à l’abri des courants d’air, avec un effet thermique du rayonnement solaire sur la bâche.

Pose d’une toile hors sol sur le semis

Les premières séries de salades ont également été plantées. Auparavant, nous avons déroulé un plastique noir sur nos planches, afin de gagner un peu de chaleur, donc de précocité,  et l’avons percé à l’aide de notre rouleur traceur tracté.   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons procédé de la même  façon pour nos choux cœur de bœuf : pose du plastique, perçage de celui mais cette fois-ci avec le support manuel de notre rouleau traceur, puis plantation.

Plantation des choux “coeur de boeuf”

L’ail planté à l’automne a bien poussé mais certaines adventices également. Le mouron des oiseaux, de son petit nom Stellaria media, a beau être le signe d’un sol fertile, il n’empêche qu’il reste concurrent des cultures! Nous avons donc procédé à un petit désherbage entre les rangs et sur le rang.

Planches d’ail désherbées

Hits: 72

Cent patates

Ces deux dernières semaines ont été assez difficiles au potager autant pour les cultures que pour les maraîchers .

Voile thermique sur toutes nos cultures

Le “grand froid” annoncé a bel et bien été présent pendant quelques jours et il a fallu renforcer la protection contre le froid de nos légumes. Tous ou presque ont donc été recouverts d’un voile thermique, exceptés nos poireaux qui résistent mieux au froid.

Notre étang nous a donné quelques jolis dessins  mais cela indiquait bien le niveau des températures.

 

 

 

Pommes de terre à dégermer

Lorsqu’il fait ce temps, le sol étant gelé et les travaux extérieurs difficiles, nous avons donc pris le temps de dégermer nos pommes de terre de conservation, stockées à l’abri du froid. Celles-ci ont tendance à germer et si nous ne retirons pas ces germes, les tubercules vont flétrir.  Pour éviter cela, nous reprenons chaque patate, une par une, et la dégermons..

Patates en cours de dégermage

 

Jeune pousse de pomme de terre nouvelle gelée

Mais le gel a lui aussi travaillé… sur nos pommes de terre nouvelles! Leurs jeunes poussent n’ont pas supporté les -12°C malgré la présence des voiles thermiques. Il ne reste qu’à espérer que les germes encore das le sol arrivent à repartir mais il est sûr que nos pommes de terres nouvelles ne seront pas très précoces cette année..

 

Les semaines avancent rapidement et pour l’instant aucune préparation de sol en plein champ n’a pu se faire, le sol étant trop frais (plein d’eau) . Toutefois, les planches préalablement formées en butte ressuent et se réchauffent plus rapidement que les autres, restées à plat,  et cela se voit bien lorsque le soleil commence à faire son apparition.

Planches buttées en attente de reprise

Dès le dégel et le retour à des températures positives, nous avons enfin pu remettre notre réseau d’irrigation sous serre en eau et arroser nos cultures sous abris. Celle-ci avaient très très soif!!

Arrosage des tunnels

Nous avons aussi pu ré-humecter les planches sous abris que nous voulions travailler avant de pouvoir les planter.

Passage du cultibutte avant plantation

 

Hits: 481

Le froid est encore là

Pose d’un filet thermique sur nos cultures sensibles au froid

Ces deux dernières semaines ont été variées au potager. Dans un premier temps il nous a fallu anticiper le froid annoncé. Ce sont principalement les cultures sous tunnels que nous protégeons en priorité : salades, petits pois et pommes de terre nouvelles ont été couvertes avec un voile thermique non tissé. Cela n’a pas été vain, nous avons eu quelques matins à -7°C dehors mais pas de gel sur le feuillage des cultures protégées.  A l’extérieur également nous avons encore quelques cultures en terre. Celle qui nous préoccupe le plus (et dont nous prenons le plus soin) est notre culture de carottes.

Récolte de carottes au soleil

Nous avons commencé à en rentrer une partie au frigo mais il en reste encore beaucoup au champ et la place dont nous disposons dans notre frigo est limitée. Elles devront donc encore patienter encore un peu dehors.

Dégermage des pommes de terre

Nos pommes de terre de conservation sont stockées au frais et à l’abri de la lumière mais naturellement elles ont tendance à germer et si nous les laissons faire, les tubercules vont flétrir et se ramollir. Pour éviter cela nous les reprenons tous et les dégermons à la main en cassant les germes visibles. Ce travail n’est pas pénible du tout mais prend énormément de temps !

Nous avons implanté nos premières aromatiques de l’année. Après avoir travaillé notre sol et déroulé un paillage plastique nous avons pu planter nos premières séries de persil plat et persil frisé pour faire de jolis bouquets d’ici quelques semaines.

Plantation des persils plats et frisés
Tranchées d’irrigation et de drainage rebouchées

Sur notre nouvelle parcelle, nous avons enfin pu terminer de reboucher nos tranchées de drainage et d’irrigation. Cela ira mieux pour rouler atour des planches !

En parallèle, nos étangs sont tous pleins et leurs trop pleins débordent tous et nous sommes rassurés pour démarrer cette nouvelle saison.

Nous avons pris le temps de transformer nos derniers choux à choucroute. Nous commençons par nettoyer les choux, les découpons en quartiers, retirons les trognons (trop durs) puis les éminçons finement avec une râpé spéciale qui permet d’obtenir de fines lamelles.

Nettoyage et découpage des choux
Découpe en fines lamelles avec une râpe spéciale “à choucroute”

Nous réalisons notre choucroute dans un fût alimentaire, pour la laisser se faire pendant trois à quatre semaines.

Fût plein de choucroute
Très jeunes pousses de petit pois

Les températures de saison n’empêchent pas les cultures de pousser, plus doucement certes mais quand même…nos pommes de terre nouvelles pointent désormais bien et les petits pois et pois mange-tout également. Il faudra tout de même encore quelques semaines, voire quelques mois pour les pommes de terres nouvelles, avant de pouvoir les récolter.

Jeune pousse de pomme de terre nouvelle

Hits: 88

Noël après l’heure

Au potager de la coccinelle, le père Noël est passé avec un peu en retard mais cela valait le coup d’attendre! Il a apporté dans sa hotte un cadeau peu commun : une petite pelle mécanique à chenilles. Mais celle-ci n’est pas un jouet, c’est bien un réel investissement pour réaliser les travaux “lourds” au potager.

Déchargement pelle mécanique

En désordre, d’ici quelques mois, elle va nous permettre d’enterrer les plastiques des deux nouveaux tunnels, d’intégrer une ligne d’irrigation sous la parcelle d’un voisin, de réaliser un drainage en haut d’une de nos parcelles…  Mais en premier lieu, elle nous a permis de refermer et reboucher les tranchées ouvertes depuis quelques semaines qui vont permettre d’intégrer l’irrigation et les drains sur une nouvelle parcelle. Notre nouveau jouet risque de ne pas chômer, lui non plus.

 

Végétation haute entre les tunnels

La végétation pousse abondamment entre les tunnels et nous avons pris le temps de passer un broyeur entre ceux-ci pour envisager la réimplantation de bandes fleuries.

Broyage de la végétation entre les tunnels

Le froid est annoncé pour la semaine prochaine et nous n’avions pas encore récolté nos céleris rave et nos radis noir. Après quelques heures de travail et ‘aide de notre lame souleveuse,  nos racines sont rangées dans notre chambre froide.

Récolte de racines avant le froid
Céleris raves prêts à être stockés

D’autres cultures craignent également le froid en cette période, en particulier nos salades et nos jeunes carottes. Nous avons donc déroulé un voile non tissé thermique au dessus des celles-ci pour les protéger au mieux. Il faut prendre garde à ce que ce voile ne touche pas directement la culture, ce qui risquerait de la bruler. Nous avions donc auparavant disposer des arceaux avant de d’étendre les voiles.

Voile thermique étendu sur les cultures

Après un automne doux et sec, durant lequel nous avons encore dû arroser de nombreuses cultures encore tardivement, nos retenues d’eau étaient vraiment basses, voire très basses. Depuis le début de la semaine, celles-ci arrivent toutes à leur niveau maximum! La saison peut reprendre sereinement.

Un de nos étangs plein à ras bord

 

 

Hits: 96