Juste à temps

La saison estivale se poursuit, le temps (météo) n’est pas toujours facile à anticiper. Il nous a donc fallu organiser les travaux de la semaine en conséquences et dans les temps!

  • La première série d’échalotes avait été arrachée la semaine dernière. Après quelques jours de séchage au champ (en place), nous les avons mises en caisses, pour les transporter puis les laisser finir de sécher sous un tunnel vide, à l’abri de l’orage qui, heureusement,  est tombé juste après que nous ayons terminé.
Échalotes au sec sous un tunnel
  • Nous avons planté les jeunes plants de salades, choux (fleur, brocoli et chinois), fenouils et oignons blancs, dans les temps. Cette fois-ci pas d’eau de pluie pour les arroser, mais de l’eau apportée par l’irrigation, plus facile à prévoir.
Choux aussitôt plantés, aussitôt arrosés.

 

 

 

 

 

 

  • Le premier semis de carottes dites de garde, a été réalisé la semaine dernière. Pour le protéger et améliorer la levée des futures jeunes carottes, nous l’avions couvert avec une toile tissée. Cette technique donne de bons résultats mais reste délicate lorsque les journées sont chaudes et ensoleillées. Il faut veiller à retirer la toile avant que la plantule ne sorte de terre, afin de ne pas la griller. C’est ce que nous avons fait, juste au bon moment.

  • Les séries de carottes se suivent et ne se ressemblent pas. La série précédente avait été binée manuellement à plusieurs reprises mais pas encore avec la bineuse tractée (tirée par le tracteur). Elles avaient atteint un stade suffisant et nous avons pu passer avec la bineuse tractée pour déraciner les « mauvaises herbes » qui poussaient entre les rangs et les laisser sécher en plein soleil, par beau temps.
Passage de bineuse tractée entre les lignes de carottes

Être maraîcher bio diversifié

C’est pouvoir faire de toutes sortes de travaux diversifiés dans une même semaine, voire une même journée. La semaine a démarré hors du jardin.

Nous avons participé à une formation organisée par l’ARDAB et la Chambre d’Agriculture du Rhône chez trois autres maraîchers, de la Loire. La journée a été riche d’enseignements et nous a permis d’aller voir comment cela se passe-t-il ailleurs, de partager et prendre des idées et de construire des projets à plus ou moins longue échéance.

  • De retour au jardin, nous avons enfin pu commencer à récolter les premières aubergines. Elles ont traversé (et traversent encore) quelques difficultés : les pucerons se sont empressés, dès leur plantation, de les envahir. Forte heureusement une faune auxiliaire s’est progressivement développée et installée. Deux représentants, observés pour la première fois cette année, nous ont fait grâce de leur présence : des larves de chrysopes (Chrysoperla carnea) prédatrices au stade larvaire de gros et petits pucerons et une une petite coccinelle, prédatrice également de pucerons : Scymnus sp.

    Larve de chrysope

    Larve de Scymnus

 

 

 

 

 

 

  • Mais ce ne sont malheureusement pas les seuls « soucis » que nos aubergines rencontrent. Comme bien souvent, une forte population d’acariens tétranyques ou araignées rouges (Tetranychus urticae) s’est étendue sur de nombreux plants . Les conditions climatiques lui étant propices et ce malgré le blanchiment des serres. La faune auxiliaire s’est à nouveau également révélée très efficace pour limiter leur développement : des dizaines de larves de Feltiella acarisuga (petit asticot rouge) et de petites coccinelles Stethorus punctillium passent leur temps à évider ou dévorer les acariens ravageurs.
Adulte de Stethorus
Larve de Feltiella

 

 

 

 

 

 

  •  Les premières plantations de choux et de poireaux ont eu le privilège d’être les premières cultures à « avoir droit » au passage de la bineuse nouvellement équipée d’étoiles de binage, auto-construites grâce aux plans et conseils de l’Atelier paysan. Il reste quelques adaptations et réglages à effectuer mais le résultat n’est déjà pas mal du tout.

 

Bineuse avec étoiles de binage
Choux après passage de bineuse
Poireaux après binage

 

 

 

 

 

  • Les jeunes carottes et panais nécessitent une grande attention en termes de désherbage. Après avoir passé notre « bineuse à bras » ou houe maraîchère au plus près des rangs, nous avons terminé avec un passage minutieux à la main.

 

  • L’ail, planté à l’automne dernier,  avait terminé son cycle de développement et il était temps de le récolter et le faire sécher afin de pouvoir le stocker à l’abri.

Savez-vous planter…

…les choux! Enfin entre autres. Cette semaine fût celle de trois grandes séries de plantations.

  • La première a été celle des poireaux, avec trois variétés, plantés à l’aide d’une planteuse à pinces. Ce drôle d’engin, attelé à l’arrière du tracteur, permet de planter les jeunes plants de poireaux de façon régulière: deux personnes assises sur cet outil coincent les plants de poireaux les racines en l’air dans des pinces spéciales, montées sur un cercle qui tourne lorsque l’outil avance. La pince s’ouvre et relâche le poireau lorsque celui-ci a les racines dans le sol. Il faut prendre un peu ‘le coup de main’ mais après ça roule, enfin doucement (2 mètre par minute) !   
    Planteuse à pinces

       

 

  • Une seconde série de choux (fleurs, de Bruxelles, rave, kale, frisé, rouge et brocoli) a également été soigneusement plantée, après que les planches aient été travaillées et tracées à l’aide d’un rouleau traceur. Cet outil permet de faire des empreintes régulières, futurs emplacements des mottes sur la planche, afin que les plants soient espacée régulièrement sur la ligne et entre les lignes de plantation.
Rouleau traceur

Ce dernier paramètre est prépondérant afin que les jeunes choux puissent être binés à l’aide d’une bineuse tractée.

Plaque de plants de choux rouges

 

 

  • Nous avons mis en place une première série de betteraves rouges, celles-ce seront récoltées à l’automne pour être stockées et vendues tout au long de la fin de l’année voire la suivante si les conditions de stockage sont bonnes.
  • C’est bien joli toutes ces plantations mais il faut bien que d’autres légumes puissent être récoltés dès à présent. Et c’est également ce que nous avons fait, en cette période de soldes nous avons pris l’initiative de « solder », enfin d’arracher, les dernières pommes de terre nouvelles de plein champ, en une seule fois. Pour ce faire, étant peu équipés pour ce travail, nous avons emprunté l’arracheuse à pomme de terre de la CUMA (Coopérative d’Utilisation du Matériel Agricole) à laquelle nous adhérons.
  • En quelques heures, nous avons récolté environ 200 kg de jolies pomme de terre nouvelles et pourrons implanté un engrais vert sur ces planches désormais disponibles pour cette année. Mais ce jour là, nous avons par ailleurs eu la belle surprise d’observer, dans les fanes de pomme de terre, une petite punaise un peu particulière : Zicrona caerulae. Son nom est tout aussi particulier que sa couleur (bleu à reflets métalliques) et se classe parmi les auxiliaires (les gentilles). En effet, pour se développer cette dernière chasse les larves de chrysomèles, famille d’insectes dont les doryphores font partie, en « harponnant » ses proies. Malheureusement, nous n’avons pas été aussi rapide qu’elle et n’avons pas eu le temps de la photogr
    Zicrona caerulea    –      Source : www.wikipedia.org

    aphier. En voici donc une empruntée afin que vous puissiez tout de même la reconnaître si un jour vous la croisez à votre tour, prenez en bien soin, elle est utile !

Première semaine d’été

Pour ce nouveau changement de saison, nous nous sommes dit qu’il était temps de mettre quelques photos récentes du potager et des cultures qui, elles aussi, ne chôment pas !

Plus précisément, voici les quelques « grands chantiers » qui se sont opérés cette semaine :

  •  La dernière série de melons, dits à « peau brodée », a été plantée sous tunnel. Heureusement les premières séries plantées dans le même tunnel (à droite sur la photo ci-dessous) il y a plus d’un mois devraient bientôt donner leurs premiers fruits sucrés d’ici un petit mois.
    • Les plants de poivrons commençaient à avoir grandement besoin d’un support afin que leurs tiges ne se brisent pas. Celles-ci étant fragiles et pas suffisamment rigides pour supporter le poids des futurs jolis poivrons. Nous testons cette année une nouvelle technique pour les soutenir : des treillis à béton pliés, à travers lesquels les plants pourront continuer à croître tout en étant soutenus.
Essai de palissage des poivrons avec treillis

 

  • Les derniers semis de carottes de l’année, celles dites « d’hiver », viennent de lever mais sont rapidement rattrapées et concurrencées par les adventices si ces dernières ne sont pas maîtrisées. Afin de réduire les passages de désherbage manuels, nous avons utilisons différentes techniques pour limiter la croissance de ces « mauvaises herbes ». A deux reprises, nous avons biné les inter rangs (partie non semée entre les rangs) ce qui permet de déraciner et sécher les jeunes adventices mais également d’aérer le sol.

    • Les premiers haricots verts grimpants commencent à remplir de jolis caisses et paniers, avant que ceux semés en plein champ prennent le relais pour tout l’été..
      • Pendant ce temps, d’autres travailleurs participent grandement au bon fonctionnement du potager : les petit et grands insectes auxiliaires dont voici deux représentants.

      Une jolie coccinelle qui chassait des pucerons dans les haricots grimpants qui a bien failli se faire « cueillir » ;

Un adulte de syrphe en train de butiner une fleur de carotte sauvage. Cet insecte pourrait être confondu avec une guêpe mais son vol caractéristique (stationnaire et saccadé) confirme qu’il n’en est pas une. Il fait partie de la même famille que les mouches (diptère) et sa larve, semblable à une minuscule limace, présente l’énorme intérêt de s’alimenter à longueurs de journées de pucerons, ravageur omniprésent dans nos légumes…

l’hiver au potager

Cette semaine les conditions météo ont été très hivernales avec de la neige et des températures jusqu’à -12 au lever du jour. Un léger dégel les après-midi de cette fin de semaine a permis de réchauffer sensiblement les tunnels mais pas suffisant pour favoriser la croissance de nos salades absentes de nos étals depuis 2 semaines.20170114_093023

20170114_092932

Récolte des pommes de terre

Samedi a eu lieu la traditionnelle récolte des pommes de terre de conservation. Pour cette 3ème année la  récolte fut très abondante grâce au conditions climatiques de ce printemps car la parcelle ou était planté les pommes de terre n’est pas irrigué, mais les pluies du printemps et du début de l’été on joué en ma faveur.
20160917_115223
Nous avons donc récolté 7.5 Tonnes de pommes de terre soit un rendement de 30 tonnes/ha ce qui nous situe dans le haut de la moyenne.
20160917_115156Reste plus qu’a tout commercialiser et surtout a bien les conserver. Je vous présente les variétés:
Charlotte chair extra ferme,  goût fin en salade, cuite à l’eau, rissolée et à la vapeur
Cheyenne spéciale chair ferme, Très bonne qualité culinaire et très bonne tenue à la cuisson. Idéal en vapeur
Cephora  chair fine pour purée, potages, pommes au four, frites, bonne qualité culinaire 
Bintje chair farineuse, la reine incontestée des frites et des purées
Fontane Très bonne aptitude à la frite
Allians chair ferme aux qualités gustatives exceptionnelles,
20160917_115239Je remercie tous ceux qui on participé à cette journée

Enfin les vacances

Et oui le maraicher s’accorde quelques jours de vacances avant de commencer la grosse saison.
Donc il n’y aura pas de livraison de panier chez Nicolas Dubost vendredi 22 avril. Les paniers reprendrons leur rythme normal à partir du vendredi 29 avril.
Vous pouvez toujours venir sur l’exploitation faire votre marché mercredi de 15h à 19h Élodie se fera un plaisir de vous servir.

La nouvelle culture BIO

Passez vos commandes du jeudi matin 8:00 au mercredi 12:00 les paniers sont à retirer le mercredi de 15h à 19h, la vente en direct s'effectue aussi le mercredi aux mêmes heures sur l'exploitation. Rejeter