Récolte collective des pommes de terre

Une patate, deux patates, trois patates…des tonnes de patates (on espère bien) mais pas sans votre aide!

Alors si le cœur (et les bras) vous en dit, nous vous convions, petits et grands, à participer à notre récolte collective annuelle de pommes de terre le :

           Samedi 23 septembre 2017 à partir de 9h

Pour les aspects « logistiques », nous nous occupons du repas partagé de midi, des caisses et des gants mais n’oubliez pas d’apporter le soleil et votre (vos) sourires!

Nous pouvons venir vous chercher à la gare SNCF de St Romain de Popey.

Nos coordonnées :

Potager de la coccinelle

Les Arthauds
69490 Saint Romain de Popey
Tel :  06 85 69 57 90

Nous contacter

Les poireaux sont couverts!

  • Depuis une dizaine d’années, un nouveau ravageur s’est développé dans notre région sur la culture du poireau : la mouche mineuse du poireau, son petit nom est Phytomyza gymnostoma. Sur les poireaux en place à l’automne et récoltés tout au long d’hiver, elle est particulièrement redoutable : la larve se nourrit du cœur du fût des poireaux. Différents travaux ont été réalisés par la station d’expérimentation SERAIL (Station d’Expérimentation Rhone Alpes Information Légumes) pour trouver une ou des méthodes de lutte efficaces. La solution la plus sûre reste la pose de filets sur les poireaux pour les protéger contre les piqûres de ces mouches voraces!
Pose des arceaux métalliques

C’est donc ce que nous avons entrepris cette semaine, après avoir réalisés les buttages nécessaires. Nous avons auparavant  disposé des arceaux pour soutenir les filets et éviter qu’ils n’écrasent trop les poireaux.

 

 

Filets posés sur les poireaux pour éviter les piqûres de mouches
  • Pour pouvoir continuer à manger un peu de « verdure » dans les semaines à venir, il faut désormais la planter sous les tunnels. Après avoir déroulé un paillage plastique pré-percé nous avons planté des salades, des épinards et des blettes.
    Épinards plantés sous tunnel.

    Jolies couleurs de salades plantées sous tunnel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Les semis de carottes du printemps prochain vont bientôt être faits mais avant cela on pose une « occultation ». Cette technique  limite la croissance des adventices (mauvaises herbes) et pour permettre celle des carottes. On a donc préparé et arrosé notre planche de carottes « à semer plus tard », puis avons posé une toile occultante dessus pour quelques semaines. Sous celle-ci, l’effet combiné de la chaleur et de l’humidité,  vont faire germer et lever les graines d’adventices qui vont ensuite périr en l’absence de lumière…
    Toile d’occultation posée et lestée

    Préparation de la planche « comme pour semer »

L’automne se rapproche

La fin de l’été se rapproche et il était temps de rentrer nos dernières séries d’oignons et d’échalotes à l’abri. Nous les avions arrachés et laissés séchés au champ la semaine dernière.

Oignons arrachés, séchant au champ
  • Cette semaine nous les avons déplacés sous notre « tunnel de séchage » pour qu’il termine de sécher avant d’être stockés en caisse.

    Oignons et échalotes séchant à l’abri

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Dans quelques semaines les premières chicorées seront prêtes à être mangées… mais pour qu’elles soient croquantes il faut qu’elles soient « blanchies ». Pour que cela se produise, les feuilles du cœur sont placées dans l’obscurité, à l’abri des rayons solaires, sous une sorte de « chapeau » (cloche de blanchiment).
    Blanchiment des cœurs des chicorées
    Disposition des cloches sur les chicorées

     

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Fin de semaine festive, avec une  belle porte ouverte au Potager de la Coccinelle
Préparation collective de crudités

 

Pot d’accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la préparation de crudités, en plein air, nous avons partagé un bon repas composé de mets aussi beaux que bons!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite nous avons visité tous le jardin, afin les trois, parce que nos parcelles sont sur trois sites différents, en commençant par les tunnels…

Début de visite des tunnels

 

 

 

 

 

 

….et en terminant par les courges et potimarrons qui seront très prochainement récoltés!

Petits et grands travaux – Troisième partie

De jour en jour, les travaux avancent bien et cela se voit:

  • En début de semaine, nous avons posé les lames de terrasse sur les lambourdes, après avoir préalablement passé les gaines électriques qui nous permettront de disposer quelques prises dans notre futur nouveau lieu de « vente à la ferme ». 
    Début de pose des lames de terrasse, après passage des gaines électriques

    Il nous manque quelques lames et détails de finition pour terminer mais le résultat est déjà bien plus accueillant et chaleureux.

      Terrasse posée
  • Nous souhaitions aussi pouvoir faciliter les transferts des caisses de légumes entre la salle de lavage, le frigo et le lieu de vente, à l’aide d’un diable ou de chariots à roulettes. Pour cela, le niveau du sol doit être régulier et à même hauteur entre les différents  locaux. Nous avons donc commencé à poser un dallage en pavés, qui en plus d’être fonctionnel donne un très joli rendu.

 

  • Au potager, les récoltes ont lieu toutes les semaines mais parfois elles sont plus particulières que d’autres. Depuis quelques jours, nous récoltons des carottes de différentes couleurs et nos bottes ont plutôt fières allures.
Bottes de carottes colorées

Mais la récolte la plus atypique cette semaine, fut celle de…. doryphores! En effet, depuis que les pommes de terre de conservation ont eu les fanes broyées, les doryphores qui s’y trouvaient ont migré vers nos plants d’aubergines. Ces dernières commençaient à être sérieusement dévorées. Alors nous avons pris un grand seau et les avons récoltés. Nous ne les avons pas comptés mais il y en avait (et il y en a encore) beaucoup!

Notre récolte de doryphores
  • Moins exceptionnel mais tout aussi nécessaire, nous nous sommes occupés de nos haricots grimpants qui commençaient à se grimper dessus plutôt que sur une ficelle de palissage. Les voilà dorénavant en place et prêts à produire les derniers haricots verts de l’année.
Pose des ficelles de palissage dans les haricots grimpants

 

Petits et grands travaux – Deuxième partie

Cette semaine fût faite (comme bon nombre) de tâches diverses et variées, avec des résultats qui nous plus ou moins satisfaits.

  • La première a été celle de
    Perçage du plastique avant plantation de la mâche

    planter laitues et chicorées mais aussi,  pour la première fois de la saison,  les premières séries de mâches de plein champ. Pour procéder, nous avons posé le plastique, l’avons percé avec notre rouleau traceur et avons planté les mottes de mâche à travers. Le plastique permet de limiter les adventices et limiter les salissures sur les feuilles de mâches.

 

  • La seconde à consister à installer un palissage (support) pour nos petits pois de plein champ. Ceux-ci ne semblent pas apprécier les conditions climatiques de cette fin d’été et restent un peu chétifs. Nous avons donc expérimenté trois techniques différentes :
    • A l’aide d’un grillage à mouton soutenu verticalement par des piquets bois et fers à béton plantés plantés dans le sol.
    • Avec des ficelles à différentes hauteurs, soutenues de la même façon.
    • Sans rien, ils sont vraiment trop petits….
Binage expérimental des petits pois
  • Pour le plaisir des yeux (et des papilles), nous avons pris le temps de faire quelques photos de nos jolis poivrons colorés.
Poivron jaunes et rouges
  • Et de nos carottes toutes bien désherbées…
  •     Nous avons fait un premier binage dans nos radis noirs, navets violets et navets boule d’or. Il permettra de détruire les jeunes levées d’adventices et de casser la croûte de surface engendrée par les orages intenses de ces derniers jours.
    Navets et radis binés

     

  • Le dernier jour de la semaine a été consacré à la poursuite des travaux d’aménagement de notre point de vente à la ferme.  Nous avons d’abord fait fait passer un tube PVC pour évacuer les eaux de pluie dans l’étang.
    Tube PVC pour évacuation des eaux de pluie

    Nous avons ensuite posé les lambourdes (support des lames de terrasse), régulièrement avec des plots bétons. Il ne reste plus qu’à attendre qu’il sèche pour poser les lames de terrasse.

    Début de pose des lambourdes
Lambourdes posées, prêtes à recevoir les lames de terrasse

Palissage et buttage

  • Ces deux dernières semaines nous avions laissé un peu de côté nos jolies tomates et elles nos l’ont bien fait remarquer en poussant généreusement et anarchiquement.
    Palissage de nos tomates

    Nous sommes donc intervenus cette semaine pour les tailler, en supprimant tous les axillaires à chaque aisselle de feuille, et les tourner autour de leur ficelle. Comme elles arrivent au fil de culture (fil rigide sur lequel on fixe les ficelles), nous les avons également attachées avec un clip pour les soutenir, le poids des tomates vertes ayant tendance à les faire glisser ! L’avantage avec ce travail c’est que l’on voit bien où est-ce que l’on est passé !

  • Les haricots et poireaux sont deux cultures qui peuvent être buttées (après avoir été binées). Le buttage consiste à ramener de la terre au pied des plants, sans pour autant les recouvrir. Cette technique permet d’étouffer les adventices qui se trouvent au plus près de la culture, voire sur le rang de celle-ci mais également d’aérer le sol et de relancer la minéralisation de l’azote organique.

Les haricots sont également plus soutenus, ils se coucheront moins et seront plus faciles à récolter.

Buttage des haricots

Les poireaux se tiennent bien mais le buttage permet qu’il fasse un joli fût blanc (en l’absence de lumière, pas de photosynthèse et le pied reste blanc).

Poireau buttés

 

  • Les épinards avaient été semés la semaine dernière, ils sont apparus cette semaine et dès que le rang a été suffisamment visible, nous les avons binés délicatement avec le « pousse-pousse » pour aérer le sol un peu encrouté par les pluies battantes et détruite les toutes jeunes adventices en pleine croissance également.

    Jeunes épinards tout juste levés
  • Les navets violets et boule d’or et radis noirs, semés en même temps, ont eux aussi levés cette semaine malgré un épisode de pluie battante mêlée à de la grêle !
Semis de radis et navets levés
  • Mais les jeunes légumes ne sont pas les seuls à sortir, malheureusement…
    Jeunes Nézara sortant de leur œufs

    Sur les feuilles de nos plants de concombre, ce sont de jeunes punaises phytophages (Nezara viridula) qui sont sorties….de leurs œufs. Après les avoir prises en photo, nous nous sommes empressés d’utiliser une des seules méthodes efficace à ce jour, et possible en agriculture biologique, contre ce ravageur : l’écrasement entre le pouce et l’index.

L’herbe ne prend pas de vacances

  • Qu’elle soit sur les planches de cultures ou dans les allées, en cette saison, l’herbe n’arrête pas de pousser. Pour limiter la concurrence et le stock grainier des années à venir, nous avons procédé à une « tournée » de binage sur quelques cultures : haricots, petits pois, salades, carottes, céleris, betteraves, choux et betteraves.
    Céleris branches binés
    Dernière série de haricots nains binés

    Pour les allées (entre les planches de culture), nous avons utilisé un autre type de dents que celles dont on se sert pour biner les inter rangs de cultures : de larges pattes d’oies, très efficaces pour couper et soulever les adventices.

Allées binées avec de larges pattes d’oie
  • Pour certaines cultures implantées à cette période, afin d’anticiper et limiter la croissance des adventices, nous appliquons différentes techniques. L’une d’entre elles est l’occultation. Le principe est proche d’un faux semis. La planche est préparée comme pour un semis immédiat mais au lieu de cela, elle est occultée (bâchée bien souvent avec une toile tissée) pendant plusieurs semaines. En dessous, les graines d’adventices, sous l’effet de l’humidité et de la chaleur, lèvent. En l’absence de lumière, les plantules déperrissent.
    Semis d’épinards après occultation

    Cette semaine le semis d’épinard a donc été réalisé sur des planches ayant été occultées pendant 5 semaines. Ils devraient pouvoir lever sans trop de concurrence des adventices.

 

  • Une autre technique que nous utilisons pour les plantations des cultures automnales sous tunnels est le paillage plastique, pré-percé ou non. Nous le posons à la main ou à l’aide d’une dérouleuse à plastique selon la densité de la culture que nous implantons.
Pose du paillage manuellement

 

 

Déroulage du plastique avec la dérouleuse à plastique tractée

 

 

 

 

 

Plantations de blettes et de persil sous tunnel

 

Préparation des mois à venir

Ces derniers jours, nous avons commencé à anticiper la saison des ventes hivernales :

  • La première série  d’oignons jaunes (ou oignons de garde) a été récoltée. Avant tout, nous avons attendu qu’ils aient atteint leur maturité et qu’une dizaine de jours de beau temps, sans pluie, soit annoncée. Dès lors, nous les avons arrachés, à l’aide d’une arracheuse à pommes de terre, afin de faciliter leur ramassage et de commencer à les faire sécher, au champ. Ensuite, nous les avons mis en petites caisses uniquement pour les transférer dans un tunnel vide, afin qu’ils poursuivent leur séchage. Dans quelques semaines, nous les rentrerons définitivement dans un bâtiment, à l’abri du froid et de l’humidité.
Oignons jaunes ramassés en caisse
  • Nous avons également fait un second passage de binage dans les poireaux, toujours avec les étoiles de binage auto-construites permettant d’intervenir au plus près du rang. Le binage permet de détruire l’herbe entre les rangs,
    mais également d’aérer le sol, cassant la croute de surface, relançant ainsi la minéralisation de l’azote organique du sol.

    Parcelle de poireaux après binage
  • Du côté des salades, en cette saison en plus des « classiques » feuilles de chêne, batavia et autres laitues, nous avons implanté une première série de chicorées (frisée, scarole et pain de sucre).

  • Mais en même temps, c’est aussi le début du pic de production
    Jeunes de punaise verte ou Nezara viridula venant de sortir de leurs oeufs

    des légumes dits ratatouille, en particulier celui de l’aubergine. Nos plants produisent jusqu’à ce jour assez bien mais cela ne devrait hélas pas durer…  Cette culture a la chance de pouvoir héberger toute une faune auxiliaire (coccinelles, punaise prédatrice de thrips, larves de mouches prédatrices d’acariens…) mais aussi toute une cohorte de ravageurs dont un, enfin plutôt une, particulièrement redoutable : une punaise phytophage, la punaise verte ponctuée (Nezara viridula).  Cette dernière se nourrit en piquant les tiges, le haut des plants mais surtout le pédoncule (l’attache) des fleurs. Ces fleurs piquées flétrissent, tombent et ne donneront donc jamais de fruit, d’aubergine!

La nouvelle culture BIO

Passez vos commandes du jeudi matin 8:00 au mercredi 12:00 les paniers sont à retirer le mercredi de 15h à 19h, la vente en direct s'effectue aussi le mercredi aux mêmes heures sur l'exploitation. Rejeter