Et de un..

Après plusieurs essais infructueux du fait des conditions climatiques (froid, vent ou pluie) ou du manque de temps nécessaire, nous avons enfin pu bâcher notre premier nouveau tunnel. Les arceaux métalliques attendaient depuis quelques mois qu’une bâche plastique de serre vienne les recouvrir. Avant tout, nous avons “gratté” la futures planches pour fendre le sol en afin que l’eau et les racines puisse s’infiltrer.

Passage de dents pour fissurer le sol

Cela était nécessaire, le sol ayant été malmené lors du terrassement nécessaire à la pose du tunnel et les piétinements et passages d’outils lors du montage des arceaux.  Nous avons monté les planches et avons épandu un peu de fumier composté, les premières cultures qui vont occuper ce nouveau tunnel étant des melons et des pastèques.

Tranchées avant pose des plastiques
Pose des plastiques

Nous avons creusé une tranchée de chaque côté du tunnel afin de pouvoir enterrer les bâches plastiques directement lors de la pose.

Nous avons enfin pu recouvrir les arceaux de largeurs de bâches que nous avons lesté directement avec quelques pelletées de terre. Pour éviter que les bâches ne s’envolent, nous avons refermé la tranchée tout de suite et les avons fixées à l’extrémité de chaque ouverture.

Fermeture des tranchées après pose des plastiques

Aussitôt bâché, nous avons installé l’irrigation et planté nos melons et nos pastèques qui patientaient depuis une petite semaine dans un autre tunnel…

Premières cultures en place sous ce nouveau tunnel

 

Deux planches d’échalotes désherbées…
  • Mais pendant que nous nous occupions de ce tunnel, l’herbe a continué de pousser, en particulier dans nos oignons de garde et échalotes. Nous avons donc commencé à faire un désherbage manuel, toujours très “visible” sur deux planches mais il en reste encore….une vingtaine!

    Une vingtaine à désherber!
  • Nous avons terminé la pose des ficelles de support de nos aubergines afin qu’elles produisent de jolis fruits.

    Palissage des aubergines
  • Nous en avons profité pour les tailler un peu et en retournant certaines feuilles un peu “habitées” par des pucerons, nous avons pu apercevoir une larve de coccinelle moins courante que les coccinelles à sept points “classiques” : la Scymnus spp, qui lorsqu’elle est au stade larvaire ressemble à une cochenille (filaments blancs) mais reste une prédatrice efficace de pucerons!

    Larve de coccinelle Scymnus spp, au milieu de ses proies (pucerons)

Hits: 57

Une réflexion sur « Et de un.. »

Les commentaires sont fermés.